handicap-et-TC-1 handicap-et-TC-2 handicap-et-TC-3

Mieux connaître le traumastime crânien et ses conséquences

Sous forme de questions-réponses, l’ARTA vous apporte ici quelques informations essentielles sur le traumatisme crânien.
Les conséquences d’un traumatisme crânien sont variables et chaque situation est unique. Nous vous invitons donc à nous contacter si vous souhaitez obtenir une réponse personnalisée.

Qui sont les victimes du traumatisme crânien ?

Chaque année en France, des milliers de personnes sont victimes d’un traumatisme crânien qui entraine leur hospitalisation. Les accidents de la circulation en sont la principale cause ; mais un traumatisme crânien peut aussi résulter d’une chute lors d’une activité professionnelle, domestique, sportive ou encore d’une agression.

Comment est évaluée la gravité d’un traumatisme crânien ?

Les personnes qui subissent un traumatisme crânien grave passent par un coma plus ou moins prolongé qui peut durer des heures, des jours, des semaines ou des années pour les plus graves.

Combien de temps dure la rééducation après un traumatisme crânien ?

La durée de la rééducation dépend de l’importance des séquelles du traumatisme crânien. Celles-ci varient d’une personne à une autre, en fonction des parties du cerveau qui ont été lésées de manière irrémédiable. Les personnes victimes d’un traumatisme crânien sévère passent plusieurs semaines en rééducation, au sein des unités de Médecine Physique et de Réadaptation.

Quelles sont les principales séquelles du traumatisme crânien ?

Les séquelles d’un traumatisme crânien ne sont pas toujours visibles. Pour simplifier, on distingue 4 grands types de séquelles :

  • Les troubles moteurs :
    Perturbent l’équilibre de la tête et du corps et/ou le contrôle des membres : hémiplégies, troubles de la coordination des mouvements ou de l’équilibre, atteintes de la commande des mouvements des yeux.
  • Les troubles neurologiques et cognitifs :
    Altèrent la mémoire, le langage, l’attention et l’organisation dans l’espace, avec des difficultés à planifier ou concevoir des actions, des projets.
  • Les troubles comportementaux :
    Perturbent l’humeur, le caractère, l’organisation cohérente des activités gestuelles et quotidiennes, la mémoire et l’orientation, le sens de l’initiative, avec parfois des manifestations brusques d’agressivité verbale, d’instabilité d’humeur et d’immaturité affective.
  • Les troubles psychiques :
    Peuvent survenir à la suite d’un traumatisme crânien, même mineur, avec les symptômes suivants : angoisses, difficultés de concentration, fatigabilité, détérioration intellectuelle, troubles du sommeil et du contrôle émotionnel.

Quelles sont les conséquences d’un traumatisme crânien sur la vie de couple ou la vie de famille ?

Parmi les principaux changements perçus après l’accident, on relève la rupture avec le conjoint ou ami/e, des troubles des relations amoureuses et de couple, la modification du rôle parental et la dégradation des relations avec les enfants. Donner la vie semble enfin plus aléatoire.

Quelles sont ses principales difficultés dans la vie quotidienne ?

La personne cérébrolésée peut souffrir de troubles du comportement entrainant un isolement progressif.
Certaines séquelles du traumatisme crânien limitent la personne dans ses gestes de la vie quotidienne et de la vie sociale. Elle ne peut par exemple organiser seule sa journée, gérer sa vie domestique (cuisine, ménage, courses…), ses déplacements, ses formalités administratives.
Le traumatisé crânien doit apprendre à se reconstruire une nouvelle vie.